Le sport de haut niveau : le dilemme du bien et du mal, du bon et du mauvais

Numéro 4 | Ethique et sport

pp.82-93

>>> PDF <<<

Eric Dugas

Maitre de Conférences HDR  -  Laboratoire GEPECS – Université de Paris Descartes
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.  

  

 Introduction

Dans notre société, il existe un foisonnement de formes sociales de  pratiques physiques. Il s’étire des activités inorganisées et libres de loisir jusqu’aux activités formelles et institutionnalisées du sport. Si bien que le jogging de loisir du dimanche matin ne peut être comparé avec l’entraînement du marathon. Le processus de sportification des activités physiques ludiques place en pleine lumière une forme particulière de pratiques physiques : celle du sport de haut niveau. En façade, c’est la forme sociale formelle la plus spectaculaire et la plus médiatisée, celle qui est l’objet de convoitises et de rêves ; on s’identifie alors aisément au champion (Ehrenberg, 1991). De surcroît, et au désespoir de certains, un Zidane est actuellement plus connu et médiatisé qu’un prix Nobel de médecine.

Cette vision pare le sport de toutes les vertus : on partage ainsi volontiers l'idée selon laquelle la pratique du sport contribue au bien être de l'individu ou qu'elle engendre un effet cathartique, pacificateur et socialisant aussi bien dans l’univers du loisir que dans celui de l’éducation (Elias et Dunning, 1986 ; Siedentop, 1994). Sa solide et durable implantation dans le temps et l’espace social sublime les traits d’une société fondée sur la méritocratie et l’individualisme : des termes tels que compétition, concurrence et performance sont en adéquation avec une société qui exalte les « gagnants ». Cette volonté d’en découdre avec l’autre, de vaincre à tout prix peut contribuer à façonner un individu en consonance avec les normes et valeurs de la société actuelle (Collard, 2004 ; Dugas, 2008a).

Mais cette attitude peut tout aussi bien basculée dans une spirale moins salutaire ; toute médaille, même olympique, a son revers. Le corps d’un compétiteur de haut niveau est mis à rude épreuve pour atteindre de hautes performances, battre l’autre et/ou des records. Dès lors, le sport de haut niveau n’échappe pas à une vision plus obscure de cette pratique sociale. Certains n’hésitent pas à déclarer que le sportif moderne est un mutant dans le sens où le « meilleur athlète est celui qui dépasse les limites de l’humanité, qui les fait exploser. » (Redeker, 2008, 21) ; pour cet auteur, on assiste alors à une véritable « déshumanisation » du sportif.

C’est dans le  sport de haut niveau que le sportif prend sa pleine mesure et parfois sa pleine démesure (le dopage sportif). Selon le type de  rapport dynamique qu’entretient le sportif avec le contexte d’action dans lequel il évolue, la tentation est grande d’avoir recours à des produits dopants illicites pour gagner. Le « robocop » des temps modernes est-il devenu une machine à gagner qui calcule froidement et rationnellement le rapport entre le bénéfice escompté et le risque encouru pour tirer le meilleur profit de la situation ? Dès lors, Qu’est-ce qui fait qu’un sportif respecte ou non les règles du contrat ludosportif ?

La question ne devrait pourtant pas être posée tant les règles sont claires au plus haut niveau de l’institution et de l’éthique sportive : le Comité des Ministres[i], en vertu de l'Article 15.b du Statut du Conseil de l'Europe (2001), prône que « qui joue loyalement est toujours gagnant (fair play, the Winning Way)». Les deux premiers objectifs sont éloquents :

« 1. Le Code d'éthique sportive part du principe que les considérations éthiques à l'origine du fair-play ne sont pas un élément facultatif mais quelque chose d'essentiel à toute activité sportive, toute politique et toute gestion dans le domaine du sport et qu'elles s'appliquent à tous les niveaux de compétence et d'engagement de l'activité sportive, et aussi bien aux activités récréatives qu'au sport de compétition.

2.    Le Code fournit un solide cadre éthique pour lutter contre les pressions exercées par la société moderne, pressions qui s'avèrent menaçantes pour les fondements traditionnels du sport; ceux-ci reposent sur le fair-play, l'esprit sportif et le mouvement bénévole. »

Alors, ces injonctions sont-elles suivies des faits ? Malgré les contraintes et les pressions extérieures qui pèsent sur les épaules du sportif, faut-il pour autant entièrement l’innocenter ?

L’aura du  sportif au-delà de tout soupçon

Les résultats d’une récente enquête (2008) que nous avons menée auprès de 100 sportifs (étudiants en sport) et 100 non sportifs semblent largement disculper le sportif. Il s’agissait de questionner les répondants sur les « estimés » responsables du dopage sportif en comparant deux procédures distinctes : la procédure de Condorcet (choix binaire) et la procédure de Borda (classement par un ordre total, sur une échelle). A l’aide de ces deux techniques, les 200 répondants devaient classer 5 facteurs susceptibles de favoriser le recours à des produits dopants dans le sport de haut niveau. L’un d’entre eux, dénommé « sport pratiqué », concerne la logique interne de l’activité sportive (c’est-à-dire les systèmes de contraintes et de possibilités dépendants des règles et liés à l’environnement physique, à autrui, aux objets, au système des scores) et les 4 autres, la logique externe du sport (sport business, le sportif, le calendrier du sportif, les dirigeants).

Globalement, il existe une convergence vers un classement similaire quels que soient les groupes de répondants et la procédure utilisée. Les classements obtenus rangent ainsi les catégories responsables du dopage sportif par ordre décroissant comme tel : Sport Business / Dirigeants /Calendrier / Sportif / Sport pratiqué (seuls les répondants non sportifs, avec la procédure Borda, placent les sportifs à la dernière et le sport pratiqué à l’avant-dernière). Les ordinations majoritaires obtenues sont très proches quelles que soient les procédures.

Ainsi, retrouve-t-on aux trois premières places, trois catégories faisant partie de la logique organisationnelle du dopage sportif. La première place est attribuée très nettement au sport business. Ce critère dépasse tous les autres en recueillant quasiment plus de 80% des voix à chaque choix binaire. De manière résumée, les différentes procédures utilisées au cours de notre enquête sur le dopage aboutissent à une opinion majoritaire qui laisse peu de doute sur les préférences des sportifs et des non-sportifs enquêtés. Nous avons observé une convergence globale étonnante des résultats entre les sportifs et les non-sportifs, les hommes et les femmes. La cause perçue du dopage est de façon significative l'institution sportive (organisation matérielle et humaine). Autrement dit, les résultats majorent la logique externe et minorent la logique interne.

Dans le cadre de notre enquête, la croyance collective plaide en faveur d'une forme sociale de pratiques physiques au-dessus de tout soupçon. Les sportifs aussi bénéficient depuis plus d'un siècle d'une image semble-t-il inaltérable de pureté, d'effort, de morale, d'utilité hygiénique et

de bien-être physique (During, 1981). Pourtant, les affrontements sportifs privilégient généralement les duels à «somme nulle» ou strictement compétitifs dans les oppositions entre

deux adversaires (Parlebas, 1986). En théorie des jeux,  on définit ces duels par  le fait que les gains des vainqueurs et les pertes des battus s'annulent (+1 - 1 = 0), comme les jeux sportifs tels que les duels entre individus (jeux de combat et jeux raquettes) ou inter-équipes (sports collectifs, etc.).

Dans ce contexte compétitif, le sportif, même écrasé par le poids de forces externes, peut aussi être considéré comme une pièce maîtresse du système sportif pouvant freiner ce dopage galopant car dans ce jeu entre les acteurs et le système, le sportif possède une marge de liberté quant à ses choix, ses actions et ses interactions motrices. « C’est donc l’homme lui-même qui doit porter la responsabilité première du changement » (Crozier & Friedberg E., 1977, 448). Dès lors, nous entrons de plain-pied dans la sphère de la morale et surtout de l’éthique sportive.

L’éthique du sportif face au dopage : un sacré dilemme

Il est courant de confondre les termes « morale » et « éthique » tant les deux définitions se renvoient l’une à l’autre. Même d’un point de vue étymologique, la confusion reste totale puisque l’éthique venant du grec ethos et la  morale venant du latin mos ou mores signifient sans distinction les mœurs et les façons de vivre et d’agir.

Pourtant, comme le précise le philosophe A. Comte-Sponville (2005) il existe bien deux réalités différentes dont il s’empare (en s’appuyant sur les travaux de Deleuze et Conche)  pour en faire une distinction sur le plan conceptuel. Si bien que la morale commande, par obéissance, ce que l’on doit faire, ce qui est bien ou mal ; alors que l’éthique recommande d’adapter nos conduites, avec raison, sur ce qui est bon ou mauvais. La morale est alors un discours normatif et impératif qui répond à la question « qu’est-ce que je dois faire ? », et l’éthique est un discours normatif mais qui prône plutôt des conseils, des impératifs hypothétiques (selon Kant), qui répondent à la question « comment dois-je vivre ? ».

Pour notre cadre d’étude, ces conseils de type éthique, soumis à une condition, pourraient - en suivant de façon analogue la pensée de Comte-Sponville - , prendre la forme suivante : « si tu veux que tes concurrents soient loyaux avec toi en ne se dopant pas, soit loyal avec eux en faisant de même ». Quant à la morale, elle imposerait d’être loyal avec autrui en commandant de ne pas se doper.

Quand le sportif oscille entre le bon et le mauvais

Dans cette perspective, l’éthique sportive recommanderait de s’interroger sur les valeurs relatives qu’il faille prôner vis-à-vis du sportif lui-même et des autres ? Autrement dit, comment vivre en harmonie avec soi et les autres dans une situation sportive fondée sur l’égalité de chance au départ pour accepter in fine l’inégalité à l’arrivée ?

Cruel dilemme que l’éthique sportive ! Car lorsque l’on se dope, c’est à ses yeux mais aussi aux yeux des autres (A. Kahn, janvier 2008, conférence à l’Ufrstaps de Paris Descartes). Toute activité humaine repose sur l’incorporation de règles et de normes qui produisent des enjeux individuels et collectifs. Si le dopage sportif est considéré rationnellement comme un mal selon la morale, l’éthique nous interroge de  façon relativiste sur nos choix et nos désirs. Or, selon leur parcours de vie et leur vécu de pratiquant de haut niveau, les sportifs vont osciller entre ce qui est bon ou mauvais selon les « bénéfices » escomptés, c’est-à-dire selon la manière dont ils envisagent de vivre : ils peuvent se doper en optant pour une vie courte mais glorieuse, comme jadis, aux jeux du cirque, les gladiateurs mettaient leur vie en danger en toute connaissance de cause (kahn, op.cit.). Ou bien, ce qui est bon ou mauvais pour un sportif dépend aussi de l’interdépendance avec l’autre (principe de réciprocité) dont les choix et le regard sur moi influencent mes propres désirs. En situation d’interaction ludosportive, le dopage profite-t-il au sportif dopé ? Dit autrement, est-ce que le crime paie? La distinction du  bon et du mauvais se pose alors dans l’issue de l’interaction circulaire entre les pratiquants et les enjeux d’un tel choix (se doper ou non) fixé par les institutions sportives.

Le dilemme des prisonniers

Dans le contexte du sport de haut niveau, le choix de se doper constitue un véritable « dilemme des prisonniers », cher à la théorie des jeux fondée, de manière très mathématisée, par  J. Von Neumann et O. Morgenstern (1967). Expliquons le jeu du dilemme du prisonnier : la police interpelle deux suspects soupçonnés d'un délit commis ensemble, mais les preuves flagrantes manquent. Pour les faire condamner, le juge offre un marché ; si vous avouez votre délit, vous n'aurez pas la même peine que si vous le niez. Les termes du marché sont présentés aux prisonniers (P1 et P2) de manière séparée : si tu avoues alors que l'autre nie, tu auras une remise de peine pour avoir aidé la justice (1 an de prison) et lui sera emprisonné pour 10 ans. La réciproque est vraie. Si vous niez tous les deux, vous aurez chacun 3 ans de prison, du fait du manque de preuves. Enfin, si vous avouez tous les deux, vous écopez de 6 ans de prison. Tout dépend du comportement de l'autre. Comment le  prisonnier P1 va anticiper ce que fait l'autre sachant que P2 va faire de même ? Vont-il choisir la coopération et la confiance (en niant tous les deux, ils  écopent de 3 ans), ou vont-ils poursuivre leur stratégie dominante (ils cherchent à maximiser leur gain) et avouer, quitte à prendre respectivement 6 ans de prison ?

On observe facilement que paradoxalement, leur stratégie dominée (nier le délit) est une issue du jeu plus favorable car la stratégie dominante conjointe conduit à une situation sous-optimale (6 ans de prison). Le jeu ainsi décrit conduit les deux prisonniers à choisir entre l'intérêt personnel et l'intérêt collectif.

Le dilemme des sportifs face au dopage

Dans le sport professionnel, faut-il ne pas se doper au risque de perdre, alors que l’autre se dope sûrement avec une forte probabilité de gagner ? L’essentiel est-il seulement de participer et de demeurer fair-play lorsque l’on est un pratiquant compétiteur dont la vie professionnelle est fondée sur la performance et le gain ?

Pour en avoir le coeur net, simulons en théorie un duel de type dilemme des prisonniers entre deux sportifs d’équitable valeur, comme l’illustre la figure suivante (Eber, 2004) :

 

Sportif 2

(S2)

Ne pas se doper 

Se doper

Sportif 1

(S1)

Ne pas se doper

S1 et S2 se partagent les honn²eurs sans risque pour leur santé

{1,1}

S2 gagne tout et S1 gagne  rien

{-2,2} 

 

Se doper

S1 gagne tout et S2 gagne  rien

{2,-2} 

S1 et S2 se partagent les honneurs avec un risque pour leur santé

{-1*,-1*} 

* = Stratégie dominante pour chacun des deux sportifs. Equilibre Nashien.

- Graphique : interactions stratégiques de deux sportifs selon le modèle classique du dilemme des prisonniers. Dans chacune des quatre cases, le premier chiffre entre parenthèses correspond au prix (ce que l’on peut gagner) du sportif 1 (joueur de ligne) et le second chiffre au prix du sportif 2 (joueur de colonne).

Il est clair que la décision conjointe de ne pas se doper apporte un gain positif pour les deux sportifs (payoff +1). D’ailleurs, si les deux protagonistes se dopent, ils se retrouvent certes dans une situation liminaire égalitaire, comme s’ils ne se dopaient pas, mais pour le coup, avec un « capital-santé » égratigné ((payoff -1). Malheureusement les dividendes sont davantage sur le plan du fair-play et de la santé que sur celui de la compétition proprement dite.  Car si l’un choisit de changer de stratégie (se doper) alors que l’autre maintient la sienne (ne pas se doper), le second paie un lourd tribut (payoff -2). En voie de conséquence, dans le cas d’un comportement rationnel, la stratégie dominante incline toujours à se doper quel que soit le choix de son adversaire. Si tu as un doute sur l’attitude altruiste de l’autre mieux vaut se doper. Cette situation évoque en théorie l’équilibre de Nash qui désigne toutes combinaisons de stratégies, une par joueur, telle qu’aucun joueur ne regrette son choix après avoir constaté celui des autres joueurs.

Au regard des normes et valeurs véhiculées au sein de notre société contemporaine, le dopage semble avoir de beaux jours devant lui sauf si cette stratégie dominante devenait dominée dans le futur.

Discussion et solutions envisageables

Du point de vue de l’éthique (« comment dois-je vivre ? »), on peut penser qu’une majorité des sportifs préférerait une vie sans dopage s’ils avaient la certitude que nul autre compétiteur ne se dope. Même si certains attestent que si l’on proposait aux athlètes américains de se doper en garantissant que le produit illicite leur assurerait une médaille aux jeux olympiques, 50 à 80 % des athlètes américains, parmi ceux interrogés, seraient prêts à tricher (Baudry, 1991). Et ce, même si on leur précise que leur espérance de vie va fortement diminuer jusqu’au risque de perdre la vie dans l’année qui suit.

Quoi qu’il en soit, quelques remèdes « simples » (peut-être utopiques ?) existent de la part des instances officielles si la volonté est réelle d’amener les sportifs à refuser le dopage (stratégie de la « coopération ») ou tout du moins à le rendre plus pénalisant ou moins attrayant :

- À  court terme, il faudrait profiter de la crise économique pour diminuer de façon drastique le salaire des sportifs (le rêve n’est pas qu’illusion !) et surtout, de façon plus réaliste, le nombre de compétitions. Le sport business contribue à cette dépendance au dopage. Le sport est un spectacle qui doit effectivement engendrer quotidiennement et de façon uniforme son lot d’exploits, d’émotions, de records et de techniques corporelles de plus en plus affinées et surprenantes.

- Cibler de façon évidente certains sports pour systématiser les contrôles antidopage encore trop inégaux et en nombre insuffisant (surtout les contrôles inopinés, à l’entraînement et en compétition). Les courses (cyclisme, athlétisme, natation) et l’haltérophilie illustrent parfaitement ces pratiques sportives où l'effort d'adaptation aux contraintes de l'environnement physique sollicite considérablement le sportif tant sur le plan énergétique et biomécanique que sur le plan psychologique (espérance du gain). D’ailleurs, dans ces pratiques, la répétition est gage de performance ; ce qui incline à s’entraîner encore plus pour viser plus haut, plus loin et plus fort. Dans ce contexte, le recours au dopage pour soutenir ces cadences et bien récupérer de ces efforts répétés devient presque une « évidence » (Dugas, 2008b).

A.  Des colombes à la place des faucons

De façon plus surprenante et sur le long terme, les instances de lutte antidopage devraient voir d’un bon œil la massification du dopage. Effectivement, en théorie des jeux, il existe une version « évolutionniste » du jeu de la poule mouillée illustrée ci-dessous :

 

Joueur B

B1 (saute) 

B2 (attend)

Joueur A

A1 (saute)

(1, 1)

(0*, 5*)

A2 (attend)

(5*, 0*)

(-5, -5)

- Graphique : Jeu de la poule mouillée. Ce jeu est  illustré dans le film « la fureur de vivre » où deux jeunes américains lancent leurs voitures vers un ravin en espérant chacun, pour gagner, que l’autre va s’éjecter de la voiture avant lui.

En jeu réel, si les deux protagonistes ne sautent pas à temps les conséquences sont catastrophiques. La même stratégie peut engendrer la gloire (payoffA +5)  ou la mort (payoffA -5). C’est la loi du tout ou rien. Ce jeu est un jeu de coordination car il admet plusieurs équilibres de Nash. Ici, il en existe deux  (A1, B2) et (A2, B1) ; les joueurs doivent donc se « coordonner » sur l’un ces deux équilibres. Le point d'équilibre ne joue qu'en faveur d'un seul candidat, propice à un conflit potentiel. Et chacun des joueurs va tenter d'imposer son point d'équilibre, comme souvent dans la vie sociale.

Résumons brièvement la théorie évolutionniste expliquée par Eber (2004, op. cit., 92-94) : un jeu est répété « indéfiniment » par un grand nombre de « joueurs » en interaction ajustant leurs comportements en fonction des gains obtenus au cours du temps. Pour les biologistes, étudiant la sélection naturelle d’une population d’animaux, le jeu de la poule mouillée est propice à leurs études et est  appelé le « jeu du faucon et de la colombe ». La stratégie de type  faucon représente la stratégie agressive (A2, B2) et celle de type colombe représente la stratégie conciliante (A1, B1). Si on remplace les joueurs du graphique supra par des animaux de la même espèce et que les payoffs représentent les perspectives en termes de descendance, la rencontre de 2 faucons engendre des blessures graves (-5,-5) alors que lorsqu’un faucon rencontre une colombe, le premier ressort gagnant (+5,0). Ainsi si la population n’est composée que de faucons, la descendance risque d’y perdre (-5 pour chacun) ; alors que si une colombe entre dans cette population, la confrontation obligée avec un faucon donne lieu à une issue meilleure pour l’espèce (0 > -5). La colombe est alors avantagée et pourra croître dans cette population.

A l’inverse, une population de colombes va se bonifier (+1) en se rencontrant entre elles mais si un faucon pénètre chez elles, il ressort bonifié du point de vue de sa descendance en obtenant plus de points (+5) que les colombes entre elles ; il ne peut donc que croître. En fait il ne faudrait pas avoir trop de faucons (trop de pertes), ni trop peu (sinon ils vont faire croître leur population). Bref, un équilibre en « stratégie mixte » peut devenir évolutionnairement stable.

Nous pouvons appliquer ce jeu à propos du dopage en remplaçant les faucons par la stratégie « se doper » et les colombes par la stratégie « ne pas se doper ». Du fait qu’il y ait actuellement beaucoup de sportifs dopés (faucons), leurs confrontations répétées ne peuvent que desservir leur santé avec en prime aucun bénéfice sur le plan de la compétition, l’égalité de chances liminaire étant assurée. De facto, une vie courte oui, mais glorieuse, loin s’est faut ! Outre leur santé, cette attitude agressive anti-sportive peut lasser le public, le détourner du sport et à terme restreindre la « descendance » du sportif jusqu’à sa disparition ! Or, les sportifs et surtout les instances du sport veulent à tout prix échapper à ce scénario catastrophe. Et plus il y a de dopés et plus le non dopé (la colombe) a des chances de croître. D’ailleurs, cette vision optimiste d’une baisse importante du nombre de dopés est confortée par les calculs probabilistes de la version « évolutionniste »  en stratégie mixte. En effet, après calcul, la stabilité (Nashienne) est atteinte pour une population composée de 6/7 de colombes et 1/7 de faucons (Eber, op. cit.). Voilà un point avec ceux envisagés plus haut sur lequel nous pouvons nous appuyer pour caresser l’espoir d’observer une nette diminution du dopage sportif (en théorie).

Conclusion

La société actuelle véhicule des normes et valeurs  en adéquation avec l’univers du sport : la réussite aux dépens des autres et la promotion de soi priment sur le partage et les comportements  altruistes ; les activités physiques de compétition vont ainsi privilégier la recherche de l’excellence au travers de la haute technologie et les avancées des sciences (dont notamment celles de l’homme et de la santé) pour capitaliser les succès du sportif agissant.

Il est vrai que les arguments socio-économiques et l’espoir d’être consacré en pleine lumière par les médias ont incontestablement du poids sur nos valeurs, nos choix et nos désirs. Et dans ce contexte, répondre à la  question « comment dois-je vivre ? », quand on est sportif de haut niveau, incline sur le cours terme à se doper quelles que soient les conséquences.

Actuellement, si le dopage produit un avantage certain, il devient nécessaire d’une part d’envisager de rendre moins attrayant l’appât du gain (salaires, primes, etc.) et, d’autre part,  d’accentuer les sanctions qui rendraient le dopage plus pénalisant par des contrôles systématiques dans certains sports (en théorie des jeux, la stratégie dominante deviendrait dominée par le choix de la coopération).

Aux institutions sportives et politiques de changer les règles du jeu pour éviter l’issue classique du dilemme du prisonnier : on passerait alors d'une stratégie gagnante à une stratégie perdante. Ainsi, l’éthique sportive qui guide les choix et les désirs des pratiquants de haut niveau, inciterait-elle à choisir une manière de vivre plus soucieuse du bien-être physique, mental et social et ce, sur une plus longue vie,  donc « sans » dopage intensif.

Références

Baudry, P. (1991). Le corps extrême : approche sociologique des conduites à risque. Paris,

L'Harmattan.

Collard, L. (2004).  Sport & agressivité. Méolans-Revel, Adverbum.

Comte-Sponville, A. (2005). La Philosophie. Paris, Puf, coll. Que sais-je ?

Crozier, M., Friedberg, E. (1977). L’acteur et le système, Paris, Seuil.

During, B. (1981). La crise des pédagogies corporelles. Paris, Editions du Scarabée.

Dugas, E. (2008a). Sport et effets éducatifs à l'école : de la violence à l'agressivité motrice. International Journal on Violence and School, 5, 67-83.

Dugas, E. (2008b). Les deux logiques consubstantielles du dopage sportif.  Esprit Critique, 1-10.

Eber, N. (2004).  Théorie des jeux. Paris, Dunod. (2ème édition 2007).

Ehrenberg, A. (1991), Le Culte de la performance. Paris, Calmann-Lévy.

Elias, N., Dunning, E. (1986). Sport et civilisation, la violence maîtrisée. Paris, Fayard.

Redeker, R. (2008). Le sport est-il surhumain ? Paris,  Panama.

Parlebas, P. (1986). Eléments de sociologie du sport. Paris, Puf.

Siedentop, D. (1994). Sport education. Human Kinetics.

Von Neumann, J., Morgenstern, O. (1967). Theory of games and economic behavior. Princeton University Press.


Notes

[i] Conseil de l’Europe : Recommandation N° R (92) 14 Fev. du comité des ministres aux états membres sur le code d’éthique sportive révisé (adoptée par le Comité des Ministres le 24 septembre 1992 lors de la 480e réunion des Délégués des Ministres et révisée lors de la 752e réunion le 16 mai 2001).